lundi 28 décembre 2015

2015: l'année de la 13ème lune folle?

Y'a plus d'saisons? Mais si!  Au contraire! Elles n'ont jamais été aussi en forme!
Je m'en vas tout vous essepliquer....
C'est pas d'leur faute! Enfin..pas complètement.
Les grands fauteurs de troubles, dans cette histoire, ce sont les Monsieur Meteo, ces faux prophètes bien connus des jardiniers, qui nous prédisent l'avenir avec constance, chaque jour, chacun dans son petit coin (en copiant les uns sur les autres en plus), au risque de se gourrer dans les grandes largeurs, disons...une fois sur 2? Ce qui se défend, statistiquement parlant, remarquez! ;o))
En tous cas, pour ce qui est des prévisions au delà des heures qui viennent...et encore...c'est un festival, le jeu des 7 erreurs généralisé, le concours d'à-qui-perd-gagne.
Chaque année, qui ne les a pas entendus nous prédire avec aplomb quelque grande vérité divinatoire du genre: "dès que les nuages se seront dissipés, le soleil reviendra"?
Sauf que cette année, il y en a un qui a voulu frapper un grand coup, en annonçant dès le début de l'année, d'un ton mélodramatique:
" 2015 sera l'année de 13 pleines lunes, braves gens! Qu'on se le dise!"
Et de lancer dans la foulée un défi aux saisons et au bon sens: :
"Je vous prédis donc à coup sûr un printemps tardif, un été pourri, un automne inexistant et un hiver précoce!"
Résultat? Les 4 saisons avec un  bel ensemble, offusquées de se voir ainsi traitées de capricieuses, décidèrent de se venger, en faisant mentir cet olibrius médiatique, alias M de Quoijmemêle.
Et de faire les 400 coups, juste pour le remettre à sa place.
Vous vous souvenez? Un Printemps bien long et ravissant, un Eté torride, un Automne divinement long...
Quant à l'Hiver, tant qu'à faire, il a tout simplement décidé de partir en vacances avec sa bonne amie la Pluie, dès la fin de la douxième lune réglementaire (pour une fois qu'il a un 13ème mois, fut-il lunaire...;o))...).
Et de laisser à ses trois copines le droit de faire tout ce qu'elles veulent pendant son absence.
Et pour se défouler, elles se sont défoulées, les coquines: le Printemps a pris le mors aux dents,  perce-neige et primevères en tête... l'Eté a mis le turbo pour le rattrapper, avec les centaurées, les roses et autres Hebe (celle qui s'appelle 'Midsummer Beauty', justement, vous croyez que c'est un hasard, peut-être?), l'Automne joue les marathoniennes, à qui restera le plus longtemps dans la course!
D'où l'état actuel de nos pauvres jardins.
Enfin...de toutes les plantes qui ont le malheur de se fier habituellement à la température.
Seules les sages, qui se règlent sur la longueur des jours, ont gardé un semblant de raison et une tenue normale.
Faut dire, tous ces cultivars inventés depuis quelques décennies, forcément, on les a équipés du dernier cri de la technologie moderne: des horloges numériques végétales!
Sauf que là, on dirait qu'elles ont  toutes succombé à une vaste pandémie électronique: l'arythmie botanique, alias la maladie de la puce folle, sans doute.
Seules les accros au cadran solaire arrivent à l'heure au rendez-vous!
Et moi... je me marre. Je jubile. Oui, je sais, j'ai sûrement tort!
Seulement, que voulez-vous, quand on a été privée de jardinage, ou quasi, pendant 8 mois sur 12, et qu'on vous offre un temps pareil, juste doux comme il faut pour ne pas transpirer, avec une terre parfaitement bêchable (ce qui est rare, avec mon argile mi-boue-mi-béton), une absence de gelées propice à une reprise en douceur ( avec ma manie de tout schlouker ce qui me tombe sous le transplantoir...), on se régale. Faire enfin des schlouks, fut-ce en décembre...le pied!!! ;o))
Et je schlouuuke! Soir et matin, dans mon jardin, je schlouke...avec entrain!
Je bêchouille, je désherbine, je taillasse, je rempotaille, je zippe...bref, je me rattrape! La totale!
J'écoute, écoute le temps
Moi je le trouve é-pa-tant!
Puisqu'il varie tout le temps
Entre beau fixe et printemps.
(sauf que si c'était un effet d'vot'bonté d'arrêter le ventilateur un 'tit peu plus souvent, ça m'arrangerait, siouplé! )
On peut voler de barquette en barquette nuit et jour
Quand on sème, oui quand on sème!
Eh oui, même quand on est aussi nulle en semis que moi, emportée par la folie ambiante, par ce temps-là, on sèèème!
Pire même! ça marche! J'ai toute une armée de petits schizostylis au garde-à-vous qui se poussent du col depuis une semaine. Semis-->levée: 10 jours. Qui dit mieux?
Alors voilà...c'était mon petit sourire de fin d'année! (*)
Au lieu de nous lamenter sur ces folles de saisons en plein trip, de nous mettre la rate au court-bouillon à l'idée de ce qui va suivre (ce qui n'y changera rien, de toutes façons!), faut pro-fi-ter! Entrons dans la joyeuse danse des saisons folles, jouons avec elles, il sera bien temps de faire grise mine plus tard...et encore, rien n'est moins sûr! Vont-elles retrouver leurs esprits?  Ou se sont-elles tellement amusées qu'elles vont continuer à danser tout autour de l'année avec jubilation? Affaire à suivre.... et bonne fin d'année à tous, même aux Monsieur Météo! ;o))
(*) : à ne pas prendre totalement au sérieux tout de même! ;o)

jeudi 17 décembre 2015

Aimez-vous les petits plats gréco-libanais? (Geranium libani x peloponesiacum)

Autant pour les gourmands alléchés par ce titre racoleur: je ne viens ici titiller que votre gourmandise... botanique! ;o))
En tous cas, qu'ils soient horticoles ou culinaires, les petits plats de ce genre, moi, j'adore!!!
Surtout quand ils ont, comme mon petit-chouchou-du-jour, de belles couleurs, un brin d'originalité et une grande générosité!
C'est vrai, ça...quand on parle de Geranium vivaces, on pense tout de suite à de belles plates-bandes d'été, ou du moins de mai-juin.
Mais savez-vous qu'il existe des Geranium vivaces aussi pour le début du printemps? On n'en parle jamais, et c'est bien dommage! Les libani, les 'Prelude', les malviflorum... et j'en passe!
La plupart sont des dormeurs d'été: ils disparaissent quasi-complètement dès la fin de leur floraison, pour mieux reparaître, tout pimpants, dès l'automne venu. Et ils restent stoïques, avec de belles feuilles bien vertes, pendant tout l'hiver. Ça, c'est intéressant, non?
C'est aussi le cas de mon petit chouchou: Geranium libani x peloponesiacum.
Pourquoi venir vous en parler au mois de décembre?
D'abord pour vous faire rêver au retour du printemps, mais aussi parce qu'à la faveur de cette fin d'automne toute en douceur, je viens de m'en faire toute une tripotée, de ces petits délices gréco-libanais !
D'habitude, les bons petits plats, on s'en prépare volontiers quelques portions supplémentaires ..pour le congélateur. Là, c'est plutôt le contraire, je me les suis mis de côté...un peu plus au chaud. Non pas, qu'il craigne le froid! Il est parfaitement rustique chez nous!
Mais c'est à cette saison que l'on voit le mieux les belles et appétissantes rosettes que l'on peut "schlouker" avec gourmandise!
Eh! Pour une serial-schloukeuse dans mon genre, une petite séance de Schlouks au mois de décembre, c'est un plaisir rare à ne pas laisser passer! ;o))
Et je préfère laisser à ces bébés juste sevrés le temps de se faire de belles petites racines avant le printemps. Alors je me les cocoone un peu, quitte à  les remettre en plein air dans quelques semaines.
Je sens que ça va faire quelques heureux, au moment des grandes migrations botaniques de printemps!
Et dès le mois d'avril venu, à moi les belles et larges fleurs bleues veinées de mauve, qui accompagneront avec tant de bonheur les Leucojum aestivum 'Graveye Giant', par exemple!
Ça c'est une association comme je les aime!
Et pour faire chic, si vous trouvez un peu de chartreuse pour les accompagner, c'est encore mieux! Ici c'est un mini-Berberis tout en boule, 'Bonanza Gold'. Mais une belle Euphorbe polychrome, ça le fait aussi très bien!
Il ressemble beaucoup à sa "maman", le Geranium libani : il a le même comportement, la même couleur aussi, mais avec des fleurs plus grandes et un veinage plus marqué.
Celui-là aussi, grâce à un ami normand qui se reconnaîtra, je l'attends avec impatience au printemps prochain! Mais j'ai peur de ne pas lui avoir donné une position assez ensoleillée pour lui. Il faudra peut-être le déménager, mon petit libanais...
Mais récapitulons les qualités de son rejeton, le gréco-libanais:
- sa floraison dure un bon mois, à partir de la mi-avril.
- ensuite, il s'endort et disparait.
- le feuillage, un peu rond comme celui du Geranium renardii, mais en vert foncé, ressort en Septembre et persiste tout l'hiver.
- du coup, la sécheresse estivale, il s'en moque comme de sa première petite paire de racines!
- il est rhizomateux, se développant à partir de grosses racines charnues juste sous la surface du sol, à la manière du Geranium macrorrhizum bien plus connu!
- il n'est pas très haut, disons 30cm chez moi,
- il aime le plein soleil, mais ici, il est à mi-ombre depuis des années, et s'en porte très bien!
J'ai bien envie de l'essayer sous quelque arbuste qui débourre tard au printemps...voire sous un Viburnum plicatum, par exemple...un beau tapis bleu sous une avalanche de soucoupes blanches, ça devrait "le faire", non?
Alors...convaincus par la cuisine gréco-libanaise au jardin? ;o)
 

mardi 8 décembre 2015

Finalement, j'ai les boules... et j'en suis bien contente! (Hydrangea paniculata Little Lime)



Chez mes parents ET chez ma grand-mère préférée, tout le long du mur nord de chaque maison, s'étalait à loisir une longue file d'"hortensias" dits "roses".
"Dits", parce qu'en fait, onze mois sur douze, c'était une débauche de grosses boules marronnasses, sales, et moches de chez Moche (à mes yeux!).
Quant au mois épargné par ce spectacle hideux, juillet en général... nous étions en vacances dans les Alpes, et seule la voisine-du-nord avait, pour quelques semaines, autre chose que du marronnasse à se mettre sous les yeux.
 Aaaah...Les boules. Oui, oui, les boules! ;o))
A vous dégoûter des Hydrangea, voire du jardinage en général, non? :o)

Ce sont les "têtes plates" qui m'ont réconciliée avec le genre Hydrangea. Là, oui! Même fanées, les fleurs restent gracieuses et comme "en pointillé", discrètes, au lieu d'étaler leurs rondeurs flétries de veilles matrones sans aucun complexe.
Je reste, d'ailleurs, profondément allergique aux Grosses Têtes! (sauf celles qui rigolent bien! ;o)...)
Les quercifolia doubles genre 'Harmony', par exemple...Beuark! Tout le temps affalés par terre sous le poids de leurs têtes monstrueuses, virant à la bouillie marronnasse dès qu'une goutte de pluie les effleure....
Ou les 'Annabelle' soigneusement taillés chaque année pour amplifier encore l'effet Grosse Tête! Eeerk!
Non, ne hurlez pas! Je ne cherche pas à vous en dégoûter!!! ;o))
Chacun son truc!
Le chemin fut long, pour atténuer cette aversion.
C'est d'abord un petit nain rose, 'Belladonna', qui sut y faire, et se frayer un chemin vers mon cœur de bouliphobe. Avec ses minuscules têtes aplaties, rose tendre, et son port arrondi, voire légèrement pleureur, mais pas trop...
50 cm de haut, des boules de 5 cm de diamètre à peine, il met du temps à se "maronnasser", même s'il finit par le faire quand même...
Puis les 'Annabelle' non ratiboisés (tiens, je vais mettre sur ma clôture un gros panneau "Libérez Les Annabelles!!!"), déjà moins globicéphales, reconnaissez-le, et fleurissant longtemps,l'été...
Et puis j'ai découvert qu'il existait d'autres petits nains, boulifères certes, mais non sans charme!
Des paniculés et des serrata. Supportant parfaitement la culture en pot au jardin, 12 mois sur 12, en plus!
Et certains sont vraiment jolis, même à  la fanaison! C'est d'eux que je voulais vous parler aujourd'hui (l'introduction a été longue, pardon...mais j'y arrive!).
Deux de mes petits chouchous d'automne.
Le premier est un paniculata. Nain. Adorable 365 jours par an: 'Little Lime', c'est-à-dire "Petit Citron Vert". Tant qu'à faire d'y mettre du citron vert, moi je l'aurais carrément appelé "Caipirinha", d'ailleurs: délicieux, frais, se buvant (des yeux) tout seul...sauf que celui-ci est sans risque pour l'alcootest!
C'est vrai qu'il commence par être presque vert pâle, en boutons et au début de sa floraison, en Juin. Avant de virer au blanc de chez blanc dès le mois de Juillet, et jusqu'en septembre.
Les chaleurs passées, il commence à devenir translucide... jusqu'à devenir une dentelle transparente que les rayons rasants du soleil d'automne illuminent chaque soir, à contre-jour.
Il faut dire que je ne l'ai pas mis en plein soleil,  mais à mi-ombre tamisée.
En pot, sous le Grand Charme, mais juste en périphérie de sa ramure.
Assez de soleil pour bien fleurir, mais pas assez pour prendre des coups de soleil sur la tête, voyez? Ça aide peut-être à éviter le marronasse tant honni, c'est bien possible.
Certes, il fleurit probablement moins qu'au soleil... mais justement, le côté "je croule tant sous les fleurs qu'on  ne voit plus mon feuillage", ce n'est pas trop mon truc non plus.
Et puis, côté arrosage, la mi-ombre est un avantage certain! ;o)
Mais attention! Trop d'ombre, pour les paniculata, ce n'est pas bon non plus!
Son compère, un autre petit paniculata nain blanc ravissant, 'Bombshell', en a fait les frais!
Placé lui aussi en pot sous le grand charme, en périphérie de la ramure, il est trop au nord, et passée la première année où il fut magnifique, il n'a plus fleuri. Il va déménager sous peu, mais je ne sais pas encore où.
Il est peut-être même encore plus joli, avec ses petites boules aérées et son port souple.
Mais je n'ai pas assez de recul pour vous parler de ses couleurs d'automne et d'hiver.
Comme pour 'Little Lime', il est donné pour 80 cm à 1,20 m de diamètre, mais en potée, je doute qu'ils dépassent les 60 cm, l'un comme l'autre.
Mais je m'aperçois que j'ai été bien bavarde-du-clavier, aujourd'hui. Vous devez commencer à les avoir aussi, les boules, non?
Alors je vais garder mon deuxième petit nain à boules,le serrata, pour une prochaine fois. Un peu de suspense ne nuit pas! ;o)
Que ça ne vous empêche pas de me parler de vos Hydrangea boulifères préférés, ceci dit!
Qui sait si je ne me laisserais pas convaincre....
Mais pas plus de 7 ou 8 cm de diamètre, les boules, je vous préviens, sinon vous n'aurez aucune chance! :o))
Je ne veux pas risquer de prendre la Grosse Tête!!!!!