dimanche 28 juillet 2013

A faire pâlir la cour d'Angleterre...naissance attendue (Nelumbo nucifera)

Là, je plaide non-coupable! C'est une amie jardinière, Yvette, qui m'a suggéré ce titre accrocheur! ( pour faire suite aux deux derniers articles du blog! ;o)) ).
Et c'est vrai que je l'attends avec plus d'impatience que le Royal Baby, l'arrivée de cette toute première fleur de lotus!!!
Chaque jour, matin et soir au moins, je file vers l'étang vérifier si elle n'a pas éclos!
Il faut dire que ce n'est apparemment pas toujours facile, d'implanter un lotus dans un bassin. L'ami pépiniériste qui me l'a fourni m'avait prévenue.
Pas facile, déjà, parce que les bulbes/rhizomes sont extrêmement cassants, réfractaires au déplacement, et présentent de nettes tendances suicidaires lors de leur arrivée en terrain étranger!
J'en avais fait la triste expérience avec un éclat de lotus blanc, apporté pourtant avec beaucoup de soins par une autre amie jardinière, dans une grosse bassine, depuis son lointain jardin bordelais. Malgré une plantation immédiate dans un gros pot, avec mille précautions, et la descente dans l'étang, pieds nus, de son mari, pour déposer délicatement le pot dans l'endroit le plus profond possible (les "grands" lotus aiment des profondeurs d'eau de plus d'un mètre pour se protéger du froid...), il n'a jamais voulu s'implanter dans mon eau iséroise, à mon grand regret...
J'ai en partie attribué cet échec à la trop faible profondeur d'eau, et à la rudesse de mes hivers continentaux...
Mais quand l'ami Michel Chatoux m'a proposé l'an dernier un lotus nain, mieux adapté à mon petit étang de pacotille, et un lotus à fleurs roses de surcroît, comment voulez-vous qu'une Zeph résistât!!!!
Pas facile non plus à transbahuter, physiquement, le lotus en question!!! Car c'est dans une énorme bassine d'au moins 60cm de diamètre et un bon 40 cm de profondeur, pleine de terre et d'eau bien évidemment, qu'il me l'a apporté!!!! Côté poids, trois ânes morts au moins, si ce n'est pas quatre (enfoncé, le Royal Baby, avec son petit 3 kilos 8!!! ;o)...). Heureusement, la bassine était munie de deux oreilles (d'âne?) pour l'empoigner.
Et interdiction formelle de trop secouer, ou de pencher! Tu parles comme c'est pratique!
L'installation dans le coffre de la zeph'car, déjà, fut une aventure ahannante!
Il a fallu rentrer à toute petite vitesse avec mon nouveau trésor, en essayant d'éviter si possible le noyage du dit coffre et l'assèchement subséquent du précieux lotus.
Virages d'escargot, côtes et descentes de tortue, freinages longue distance, manœuvres de sioux...l'objectif fut presque atteint malgré quelques éclaboussures. Ouf.
Sauf que...sortir la bête du coffre à deux, rien que ça, fut à nouveau une redoutable épreuve! Grosse, la bassine, oui! Solide, certes! Mais pas rigide pour deux sous!!!!  Du vrai caoutchouc!
Et le trajet jusqu'à l'étang...tout aussi homérique, à micro-étapes, ponctuées d'éclaboussures et de pauses essoufflées!
Quant à l'immersion... une gageure! Heureusement, le petit nain-sumo y a mis de la bonne volonté, cette fois, et s'est glissé tout seul ou presque jusqu'à l'emplacement choisi.
Mais j'ai tremblé pour lui tout l'hiver...
Guetté le moindre signe de redémarrage...qu'il a fallu attendre jusqu'à mi-mai!
Et quand j'ai vu sortir les toutes pemières petites feuilles rondes, de la taille de celles d'un nénuphar, je ne vous dis pas comme j'étais heureuse! Première étape franchie!
C'était déjà ça!
Par contre, une fois qu'il a émergé, il met les bouches doubles, le petit nain! En un mois,  il est passé de l'étape "quelques tiges et deux-trois feuillettes", à une belle masse opulente de grosses feuilles presque parfaitement rondes, plantées au bout de tiges raides, comme les assiettes tournoyantes d'un jongleur de cirque, à un bon 40 cm au dessus de l'eau!
Ses feuilles retiennent les gouttes d'eau, comme autant de perles, mieux que les alchemilles! Sous la pluie, il y a quelques jours, elles se la jouaient "tsubuki"! Dès que la quantité d'eau dépassait quelques gouttes, accumulées au cœur de la feuille, pouf! Chaque feuille s'inclinait gracieusement, créant une mini-cascade éphémère sans cesse renouvelée... c'était très joli à voir!
Mais je ne m'attendais pas à le voir fleurir cette année.
Eh bien, pour une fois que j'étais résolue à la patience, je n'en ai même pas eu besoin!!! J'ai eu la surprise de voir émerger, il y a une à deux semaines, non pas une, mais TROIS tiges florales!!!! La plus avancée, vous le voyez, montre déjà une belle couleur rose pourprée....
A quoi va-elle bien pouvoir ressembler, cette fleur de lotus sacré??? Simple? Double? Aucune idée! Ce sera la surprise! Eh oui! Je me la joue façon "je ne veux pas savoir le sexe du bébé"!
Sauf que la couleur de la layette, elle, est déjà connue, c'est vrai!  Vous ne vouliez tout de même pas me voir vous sortir de mon chapeau un lotus bleu à la Tintin! ;o))
Et c'est pour vous faire partager ma fébrile attente que je n'ai pas attendu la naissance pour sortir ce premier communiqué public! ;o) 
Quant au nom du Sacred Baby, ça...
Nelumbo nucifera, c'est son nom de famille, c'est sûr. Mais quand je l'ai adopté, il n'avait pas de "prénom"!
Alors les paris sont ouverts! ;o))
Non...pas "George", ni "Georgette", ni "Georgia", ni "Georgina"!!! ;o))






vendredi 12 juillet 2013

A faire pâlir les Neiges du Fujiyama...(Deutzia setchuenensis corymbiflora)

Décidément, rien ne va plus: la saison du blanc est en Juillet, cette année! ;o))
Pendant que l'hydrangea Shiro Fuji fait son show à l'ombre, dans un autre coin du jardin c'est un Deutzia qui tente de lui ravir la vedette et l'étiquette du "plus blanc que blanc"!
Bien sûr, les Deutzia, vous connaissez. Des roses, des blancs, des petits et des grands...mais celui-là a quelque chose de particulier, je vous assure.
D'abord, il fleurit après les autres. Et surtout, très longtemps.
Le mien est encore jeune, mais une fois bien installé, et pour peu que la terre reste fraîche l'été, il fleurit, parait-il, de Juin à Septembre.
Et puis, ses petites étoiles  blanches, en nuées innombrables, sont un vrai régal pour les yeux.
Il montre d'abord de jolis petits boutons tout ronds, façon Exochorda, quelque part entre fin mai et fin juin selon les années...
Ils sont tenus par de petits calices verts en forme de campanule, qui leur donnent comme un air de perce-neige prêts à éclore, vous ne trouvez pas?

Il a un nom à rallonge, mais qui le décrit bien: Deutzia setchuenensis var. corymbiflora:
C'est un Deutzia, il vient de la province du Setchuan, en Chine, et fleurit en corymbes.
Pour une fois, ça se comprend!
A part le "e"...pourquoi setchuenensis et pas setchuanensis, ça...
Vous avez déjà mangé des travers de porc à la setchuennaise, vous? Avec un "a", en tous cas, c'est délicieux!
Mais un botaniste à la bouche en cul-de-poule a dû passer par là !  ;o))
Parlons de choses plus sérieuses...
Il aime le soleil, mais d'après une autre de ses fans (une super-jardinière de Franche-Comté, qui se reconnaîtra! ;o)...), c'est à mi-ombre qu'il est le plus heureux, et qu'il fleurit le plus longtemps.
T'inquiète, petit. Attend que le grand cerisier Avalanche et le Cotinus Grace qui t'entourent aient atteint leur taille  adulte, et tu seras comblé! Promis!
D'ailleurs, j'aimerais bien qu'elle nous dise, la Dame-de-Franche-Comté : est-ce qu'il fleurit en continu tout l'été, ou est-ce qu'il fleurit une première fois, longtemps, en Juin-Juillet, puis remonte plutôt en Septembre, dans son merveilleux jardin? 
Les sites de pépiniéristes sont assez...hum... fluctuants sur le sujet!
Côté encombrement, il ne devrait pas dépasser 1,50 m en hauteur, avouez que c'est sympathique de sa part, non?
Celui de mon jardin est assez érigé, mais cela doit pouvoir s'arrondir par une taille bien pensée...
D'ailleurs, en parlant de taille, je l'avoue, je ne sais pas trop comment le tailler,  c't'affaire! Normalement, un Deutzia, ça se taille après la floraison...on m'a appris qu'il fallait leur couper les rameaux défleuris, et sur les vieux sujets, rabattre quelques vieilles branches au ras du sol. D'accord. mais là, du fait de sa remontée/floraison de longue durée, comment faut-il procéder??? L'an dernier, j'ai coupé les rameaux défleuris fin Juillet. Mais du coup, je n'ai pas eu de remontée....à moins que ce ne soit dû qu'à sa jeunesse? Au secours, Dame de Valay!!!!! ;o)
Le rassurant de l'affaire, c'est qu'un Deutzia, c'est très permissif: ça peut se recéper au ras du sol ou presque, il repart de plus belle l'année suivante.
Mais si je veux qu'il remonte, mon corymbiflora, ou qu'il continue à fleurir, quelle est la recette???? Aide-moi, je t'en conjure, Dame Simone: je n'ai rien trouvé sur marmiton.org ! ;o))
Côté multiplication, le bouturage est facile, toujours d'après la Dame, en cette saison. Ah ouiche. On va voir ça!
J'ai essayé. Sauf que.
Ma méthode préférée, pour les arbustes (y compris les rosiers), ce sont les boutures à talon. Avec des rameaux qui n'ont pas fleuri, pas trop fins, et dont la base commence à se lignifier (ça se voit bien, ils commencent à changer de couleur et à virer au brun, mais sont encore souples). Il suffit de les arracher franchement de leur branche, en tirant vers le bas.
Foi de serial-boutureuse, les fibres qui s'arrachent à la base (le "talon"), c'est du nanan : les meilleures sources de futures racines qui soient, pour se gratter la bouturite.
Je l'ai fait avec un autre Deutzia (Strawberry Fields) sans problème.
Seulement, là.... sur le corymbiflora, voyez vous-même sur les photos : des rameaux qui n'ont pas fleuri... y'en a pas!!!  A part les quelques grandes tiges raides qui sont parties du pied cette année (on les devine sur la photo ci-dessus), et qui fleuriront l'an prochain, mais elles sont immenses! Elles ont les pieds plats (pas de talon, je veux dire) et ne sont donc pas propices du tout!!!
Feintée, la Zeph! Je fais comment, moi?
Alors j'ai pris des  rameaux fleuris, tant pis! (en leur coupant la tête, bien sûr : on ne mollit pas, c'est pas des poulets!).
On verra bien ce que ça donne! Mais là encore, si la Jolie Dame voulait bien éclairer ma lanterne, j'en serais vraiment très heureuse... il est encore temps de recommencer, si j'ai fait des bêtises!!!
Parce que si je m'écoutais, des jolis petits nuages blancs comme ça, j'en mettrais bien partout! ;o)
Et ma crise annuelle de bouturite n'est pas encore complètement guérie. Pourtant, croyez-moi, je l'ai bien soignée, cette année! J'ai tellement planté et tellement donné de petits godets, ce printemps, que le coin-pépinière a fondu comme une Zeph en plein soleil! Et une pépinière presque vide, moi... ça me déprime! Pas vous? ;o))....

jeudi 4 juillet 2013

A faire pâlir les Neiges du Kilimandjaro...(Hydrangea serrata Shiro Fuji)

Fin Juin et début Juillet, quand les roses commencent à s'essouffler, je me console avec l'arrivée, toujours très attendue, des Hydrangea. Quelques têtes rondes, beaucoup de têtes plates, des cônes et j'en passe...
Ils ne se plaisent guère dans ma terre lourde, argileuse et parfois calcaire.
Alors autant faire d'une pierre deux coups! Impossible de planter quoi que ce soit dans l'ombre et les racines de l'énorme charme, probablement centenaire, qui trône à côté du bassin? Qu'à cela ne tienne: les pots vous dis-je, les pots! In potos solutionas!
Gros, les pots, de préférence, pour limiter les arrosages à une fois tous les 10 jours, à peu près, l'été.
Et résistants au gel. Pas question de traîner une bonne trentaine de poids lourds, deux fois par an, d'un bout du jardin à l'autre pour ranger tout ça à l'abri. Ca passe ou ça casse, chez zeph, c'est comme ça!
Et qui dit : en pot, et à l'ombre, et rustique, dit...hydrangea bien sûr (avec hosta et acer palmatum, quel beau trio!!!)
Depuis quelques années, on a vu arriver chez nous une vague de nouveaux Hydrangea en provenance du Japon, et il y a vraiment parmi eux de petites merveilles!
Surtout chez les serrata. Les "hydrangea des montagnes". A priori, leur rusticité n'est pas un problème, même si cela reste, pour ce qui me concerne, à confirmer...
On les reconnait bien sûr à leur feuilles plus étroites, et plus dentelées sur le bord que celles des macrophylla.
Et à leurs couleurs d'automne, pour peu qu'ils reçoivent un peu de soleil (mais pas trop!). Mi-ombre, c'est ce qu'ils préfèrent. En l'occurrence,  à la périphérie de l'ombre du Grand Charme, devant leurs grands cousins les macrophylla.
Nickel! Car de plus, beaucoup de ces nouvelles variétés sont de petit gabarit, entre 50 cm et un mètre de haut, tout à fait adaptées à la culture en pot! Alors pourquoi s'en priver? Vous êtes bien d'accord?;o)
Celui dont il est question aujourd'hui est le tout premier à m'avoir tapé dans l’œil, il y a 2 ans. C'est la grâce personnifiée.... jugez par vous-même...
Une pluie de petites étoiles doubles, en larges inflorescences un peu lâches qui donnent l'impression d'avoir été semées, comme ça, à la volée, sur un petit feuillage menu...
Et un blanc...Blanc de chez blanc, à rivaliser avec un Exochorda!
Il s'appelle 'Shiro Fuji". La tête de "La" montagne.  Une petite tête, alors! (Comme moi!) ;o).
Car elle ne devrait pas dépasser les 80 cm de haut, la tête en question!
Euh...je sais bien qu'il y a le réchauffement climatique (que vous sentez sûrement dans vos carcasses, comme moi, depuis des mois..gla gla...;o))...),  mais si "La Montagne" de nos amis nippons ne conserve que 80 cm de neiges éternelles, ça va faire désordre sur les photos de vacances et autres cartes postales, c'est moi qui vous le dis! ;o))
Et précoce, apparemment, puisqu'il est bien plus en avance que la plupart de ses congénères, cette année.
Je manque encore de recul pour savoir s'il fleurit longtemps, et si les couleurs d'automne seront au rendez-vous...S'il y en a parmi vous qui ont des infos, je suis preneuse, d'ailleurs!
Mais rien que pour sa légèreté et sa grâce, il mérite largement sa place sous le grand charme....
Vous avez vu comme ses pétales sont pointus? Si je vous dis ça, c'est que j'ai depuis peu un autre Fuji dans mon sac..
Hé hé...une douce petite virée amicalo-horticole en Franche Comté, la semaine dernière, s'est traduite, entre autres bonheurs, par une razzia en bonne et due forme chez Marie-Claude (pépinière Annabelle) et ses trésors... Résultat? Euh...neuf hydrangea pour moi, cinq pour ma passagère..aaahhhh le coffre de la zeph'car avait fière allure, une fois de plus! (Même pas honte! ;o))...)
Et parmi les petits trésors rapportés, il y en a un qui devrait faire un très joli pendant au beau Shiro Fuji : il a, lui, des petits pétales tout ronds!
Tout petit (moins d'un mètre), tout blanc, avec un petit coeur vert craquant comme tout! On dirait une spirée prunifolia, vous voyez?
Bon, allez, je vous le montre, parce que je vous aime bien, mais il faudra attendre l'an prochain pour savoir comment il se comporte! D'accord?
Ah oui, il s'appelle Fuji No Taki. La chute d'eau de "La" montagne, cette fois.
Et plein d'autres! Il faudra que je vous en parle l'an prochain..il faut bien que je me réserve quelques nouveaux sujets, tout de même!
Je vous en montre un autre, juste pour le plaisir...un rose, cette fois, toujours un petit gabarit: Mikata Yae! Craquant aussi, isn't it? ;o)
Ah, et puis, une folie pas raisonnable... en tous cas pour moi. Pas qu'il vaille plus cher, non. Mais... je me connais! Je me suis dit qu'il éclairerait ma belle ombre, au milieu des hosta bleus et des hydrangea vert sombre. mais... comme toujours, avec les feuillages mouchetés, je ne peux pas m'empêcher de lui trouver l'air malade...pas sûre que je m'y fasse, mais... j'me soigne! ;o))
Il s'appelle 'Fuji Snowstorm'. La tempête de neige de "La" montagne. Un pabinhô, lui aussi (50 cm?).  Et tout blanc... Vous en pensez quoi, vous? ;o)
Dites, je ne sais pas si vous avez remarqué... tous les "Fuji Kekchose" et les "Kekchose Fuji'...sont blancs! Ca c'est vraiment bizarre, non? ;o)))