samedi 7 avril 2018

Daffodils, my friend, are blooming in the wind.....

Sailboat
Peu d'entre vous, j'imagine, ont connu le temps où il n'existait aucune limitation de vitesse sur autoroute....
Moi j'étais jeune, mais je m'en souviens très bien!
Hawera
Mon parrain avait une petite MG Cooper rouge décapotable, et m'emmenait souvent en Normandie, à fond les ballons dans son bolide. Installée sur le siège passager, la reine n'était pas ma cousine, je vous le dis!
Avec ma jupe qui volait par la portière, je me prenais pour Grace Kelly sur la route de la corniche, à tout le moins! ;o))
Le seul truc qui m'embêtait, c'est que contrairement à ce que j'avais, sans doute, imaginé, avec le vent de la course, mes cheveux me revenaient sans cesse dans la figure, au lieu de s'envoler vers l'arrière dans un joli élan de boucles, comme ma jupe.
Sailboat
Et c'était nettement moins glamour, d'avoir la tignasse dans la figure! (Grace Kelly mettait un foulard, mais je n'aimais pas ça du tout: ça les aplatissait trop, mes belles boucles blondes!)
Que vient faire ce vieux souvenir d'enfance dans une histoire de narcisses, me direz-vous? Tout!
Remplacez les cheveux par des tépales, le visage par un tube blanc ou jaune, et vous comprendrez.
Je crois en effet que c'est de là que me vient mon amour immodéré pour les narcisses aux corolles récurvées, comme autant de parapluies retournés par le grand vent!
Longtemps cette attirance est restée une petite frustration.... vu que les narcisses ayant cette particularité sont essentiellement les cyclamineus, qui ont toujours bien trop peur d'avoir froid au nez pour se risquer à fleurir dans mon Isère...
Emcys
.. ou qui sont tellement jaunes que je ne saurais pas dans quel bout du jardin installer leur aveuglant éclat!
Cyclamineus...ça dit bien ce que ça veut dire, non? Les pétales qui rebiquent comme ceux d'un cyclamen, quoi! Et aussi peu rustiques qu'un cyclamen de perse, hélas...
Emcys
On les reconnait aussi à leur feuillage filiforme, façon ciboulette, voyez.
Depuis quelques années on trouve, enfin, de jolis narcisses décoiffés par le vent, et aux couleurs bien douces!
Ice Wings
Des hybrides de cyclamineus, mais bien résistants au froid.
Et c'est le dernier arrivé de cette tribu au museau allongé qui m'a incitée à venir vous en parler.
Celui-là n'a vraiment pas de chance côté patronyme: il a un nom... de chaîne de télé!!!!
Franchement, celui qui l'a baptisé était, certes, anglo-saxon, mais  ça n'excuse pas tout! Quelle idée d'appeler un si joli narcisse... 'Emcys'!!!!!! ;o))
Même 'Topchef" ou "Turbo" eussent été préférables, vous  ne trouvez pas?
En fait, je vais tout vous expliquer...
Il s'appelle "Em Cy S", parce que ça veut dire : "Eminent Cyclamineus Selection"!  (=remarquable sélection de cyclamineus). Ha! Ça vous en bouche un coin de trompette, ça! ;o))
Toto
Quelle beauté... et précoce, avec ça!
Il n'est pas le seul, au jardin, à jouer les décoiffés... Je vous conseille aussi le très gracieux 'Ice Wings' (=Ailes de Glace), immaculé, ravissant!
Il y en a aussi certainement des jaunes, mais, vous l'aurez compris, nous  ne sommes généralement pas très intimes, les fleurs jaune-pett et moi!;o)
Et attention! Il y a aussi des narcisses, avec ou sans trompette, qui trompent énormément! Ne vous fiez pas au nom "cyclamineus"!
Sailbait
Tenez... 'Toto' par exemple. Encore un nom, je vous jure... vous trouvez ça vendeur, vous, la tête à "Toto"????
Oh c'est un hybride de cyclamineus, lui aussi.
Il n'a quand même pas la boule à zéro, non. Seulement on lui a tellement laqué la couronne, le pauvre, qu'elle reste quasiment verticale... à peine le bout des pétales dépasse-t-il vers l'arrière...un soupçon de décoiffage, un cyclamineus gominé, quoi... ;o)
Bien, joli, ceci dit! Mais pas "décoiffé", c'est tout! Et moi, les décoiffés, je me les aime (qui a dit "qui se ressemble s'assemble"????) ! ;o))
Dans l'ordre des couleurs de plus en plus marquées, on a donc d'abord 'Ice Wings',  'Emcys', puis  le beau 'Sailboat' (=bateau à voiles) dont je vous avais déjà parlé, et dont la trompette est franchement "beurre frais". On en mangerait! . Hmmm.... elle pâlit en fin de floraison, comme souvent.
Le plus coloré de mes décoiffés reste 'Hawera', mais il tire franchement du côté des cyclamineus: tout petit, tout fin, tardif, gracieux en diable...mais d'une rusticité pas toujours très affirmée. A mettre dans un endroit un peu protégé, je vous le conseille.
Bon. Ce n'est pas le tout, de vous parler de mes chers décoiffés. Pas question de sortir en décapotable aujourd'hui (il vient ENCORE de tomber des gouttes...pffff...), mais on va promener cet après-midi dans un jardin. Il faudrait peut-être que je dompte mes propres bouclettes décoiffées, tout de même, avant d'aller dans le monde...enfin..je vais essayer! ;o))
Bon week-end à tous! Et si vous rencontrez d'autres décoiffés intéressants au cours de vos pérégrinations jardinières, n'hésitez pas à me les présenter! ;o)
Sailboat

jeudi 22 mars 2018

La belle au torque vert (Helleborus torquatus)

Et si on parlait hellébores, pour changer?
Non,  je ne vais pas vous faire défiler toutes les beautés hybrides, simples, doubles ou à cœur d'anémone, qui donnent tant de couleur au  jardin en ce moment.
C'est que cela mène invariablement à quelques frustrations, dans la mesure où celles qui vous plairaient... il est impossible de les acheter: elles sont pratiquement toutes uniques, puisque obtenues de semis.... Quant à les schlouker, ça reste très délicat et même fortement déconseillé.
Alors je viens vous présenter aujourd'hui une belle originale peu connue, mais que l'on peut trouver (même si c'est un peu le parcours du combattant).
C'est une hellébore certes (je n'arrive pas à dire "un hellébore", pardon!), mais botanique.
Elle peuple certaines régions des Balkans, on la trouve dans les montagnes en Serbie, en Croatie et dans des coins comme ça.
C'est elle qui, par croisement, a donné les couleurs pourpre/violet à nos chères hellébores hybrides.
Elle s'appelle Helleborus torquatus.
Quoique. Il y a, comme d'habitude, des savants coupeurs de cheveux en quatre qui suggèrent de l'appeler dorénavant "Helleborus multifidus ssp. serbicus"...
C'est vrai qu'on la rencontre mélangée à des Helleborus multifidus (en gros) dans son habitat d'origine, et que les différences morphologiques entre les deux sont minimes...
(voir plus de précisions ici )
Mais moi, le "torquatus", je l'aime bien. Je trouve même qu'il serait dommage de le supprimer.
Tout simplement parce qu'on sait immédiatement que c'est à elle qu'on a affaire! Elle porte en effet, au revers, un gracieux petit collier (le "torque" des anciens gaulois), vert pâle, autour du cou! Enfin... de la tige, je veux dire. Le voyez-vous?
C'est quand même plus simple, pour les jardiniers, lorsque le nom reflète une particularité visible de la plante, plutôt que son origine géographique, non? Cela facilite grandement la mémorisation, en tous cas!
Une robe vert pâle, une cape violet foncé et un collier vert assorti..ça me fait irrémédiablement penser à ces élégantes du second empire, avec leurs robes de bal à crinolines...la classe!
Celle dont je vous montre les photos, en plus, est une sélection parmi de nombreuses plantes botaniques: si son revers est d'un intense violet foncé (vue de dessus, elle est entièrement violette!), et son avers d'un doux vert pâle, elle porte, en plus, des stries ou rayures (stripes en anglais) violettes sur ce fond vert, qui lui ont valu le petit nom de Stripey Form.
Et ce mélange vert pâle (que dis-je... céladon!) et fines lignes violettes, je ne sais pas pour vous, mais moi  je craaaaque! C'est d'une élégance...
L'exemplaire de mon jardin n'a pas beaucoup de "stripes" (les alea de la commande...), il en existe de bien plus jolies. Mais je suis déjà ravie de regarder chaque fleur indépendamment, puisqu'il n'y en a pas deux identiques!
Inutile de lorgner sur les graines: elle n'est pas auto-fertile, hélas. Je songe sérieusement à lui trouver un compagnon, un de ces jours,  pour essayer d'en faire une petite famille... ;o)
Côté feuilles, encore de l'élégance: elles sont profondément découpées, et les folioles sont plus ou moins dentées.
Mais soyons honnête: ce n'est pas une plante spectaculaire, au jardin. Elle est caduque, déjà. Le feuillage, pour joli qu'il soit, est assez maigre, en tous cas chez moi. Et les tiges florales s'allongent un peu trop au fil de la floraison, et finissent par ployer ou se mettre à l'oblique, ce qui gâche en peu leur harmonie (mais facilite la dispersion des graines dans la nature, j'imagine). Les fleurs ne sont pas très grandes, non plus.
Voyez, je vous dis tout!
Par contre, elle ne craint pas le soleil (en tous cas, moins que ses cousines hybrides), et supporte vaillamment les périodes sèches, quitte à se mettre en sommeil en plein été si elle a trop soif.
Et elle a la bonne idée d'avoir des tiges florales feuillues: quelques petites feuilles gracieusement découpées, juste sous les fleurs, forment un bel et discret écrin pour les belles au torque vert.
Voilà. Les présentations sont faites. J'espère que parmi vous, certains auront envie de s'en faire une amie-de-jardin, qui sait? ;o)
Fichtre... mais j'ai été sérieuse du début à la fin, cette fois!!! Houlà, Zeph, tu manques de soleil....;o)))

lundi 26 février 2018

De la véritable utilité des perce-neige... (Galanthus)

Au fil de mes plus récents articles... j'ai cru noter comme un petit air indulgent, voire compatissant, chez un certain nombre d'entre vous..
Du style "Collectionner les perce-neige? Drôle d'idée, surtout à ce prix-là, mais bon..."
Sous entendu: "Il faut de tout pour faire un monde, ma pôv'dame..Au moins, ils ne font de mal à  personne, ces doux-dingues-là!"

En fait, on  ne vous a probablement pas tout dit.
Vous croyez encore que c'est par amour des clochettes que tous ces braves grands-bretons s'arrachent à prix d'or les dernières nouveautés? Que nenni!!!
La vérité vraie, c'est que les perce-neige servent avant tout à faire régner l'ordre et la discipline au jardin, pendant au moins 2 mois.
(J'en conclus d'ailleurs que les jardins anglais sont nettement plus désordonnés que les vôtres!)
Car c'est pour ça, oui, uniquement pour ça! .. que les perce-neige arborent, sous leurs jupons blancs, tout un éventail de panneaux de signalisation ex-trê-me-ment pratiques!
Vous  ne me croyez pas? Jugez plutôt sur quelques exemples!





- Vous avez un petit ruisseau dans votre jardin, et peur que votre chien se mouille les pattes l'hiver? (et accessoirement, vienne ruiner votre beau tapis persan en rentrant?). Vous avez donc naturellement installé un petit pont en dos d'âne sur le ruisseau, pour éviter la catastrophe. Mais comment signaler à votre ami à 4 pattes le chemin qu'il doit emprunter???
Facile...vous plantez de loin en loin, une série de Galanthus 'Anglesey Abbey' pour baliser la piste.... et le tour est joué!!!











- vous souhaitez faciliter la vie des premiers insectes pollinisateurs, en leur montrant les meilleures cachettes-à-nectar? Tracez-leur donc une piste d’atterrissage qui indique nettement la direction à suivre avec ce cher 'Trumps'! Une forme en "V" pour signaler "par ici, la bonne soupe!", et un faux air de trace de freinage d'urgence pour qu'ils n’oublient pas de réduire les gaz avant d’atterrir!











- Des visiteurs sont annoncés au jardin? Message d'accueil discret indispensable près de l'entrée, bien évidemement!
Et quoi de mieux qu'un petit 'Alison Hilary', par exemple, pour leur dire avec élégance:
 "Entrez, c'est tout vert!"












- le chat du voisin vient un peu trop facilement faire sa petite affaire dans un coin de votre jardin, et déterre vos crocus au passage?
Là, deux possibilités selon la gravité des dégâts:
1) la version "oeil de Moscou" (message: fais gaffe, sale matou, je te surveille), façon Atkinsii














2) Si la version 1) ne suffit pas, je recommande la version 'Grumpy' ou 'Ailwyn'...
Il ne lui manque que la casquette, au gendarme vert, mais par contre, la face avenante et le regard bienveillant sont pas mal imités, vous  ne trouvez pas?














- les sangliers (ou les chevreuils) ont pris l'habitude de traverser votre jardin en laissant des traces bien enfoncées dans la terre meuble, ce qui est , naturellement, des plus dangereux pour les chevilles du visiteur non averti?
Pour ne pas gâcher le paysage avec un panneau "passage de troupeaux" peu décoratif (garni en plus, d'une image bovine peu appropriée...), optez plutôt pour l'affichage de la trace de sabot évoquée par cet autre Atkinsii, à chaque passage dangereux! Pratique, élégant, discret!











- vous attendez l'arrivée des renforts? (genre jardinier à gros muscles pour tailler votre haie et vos arbustes). Comment indiquer les emplacements où vous souhaitez voir l'homme de l'art exercer ses talents?
'Robin Hood' (ou Daphne's Scissors) is the answer!
Quelques petits ciseaux/taille-haie verts judicieusement placés ne  manqueront pas de guider l'artiste vers le lieu de ses futurs exploits!







Je vous en passe, et des meilleurs.
Tenez, en vrac... le panneau "passage de mongolfières" (peu usité, je vous l’accorde),  un panneau "attention, bandits masqués!" datant du 17ème siècle (eh non, ce n'est pas Bill Gates qui a inventé le perce-neige!), ou encore une vieille version du début du siècle dernier indiquant la direction du barbier du village (encore très appréciée en Turquie).
Vous aurez enfin compris l'utilité d'avoir toute une gamme de perce-neige variés à sa disposition, au jardin!
C'est une évidence!!!
Il y en a quasiment pour toutes les circonstances. Et chaque année, en fonction des besoins spécifiques détectés au cours des 12 mois écoulés, les jardiniers avertis ne peuvent manquer d'aller faire leurs emplettes pour trouver les panneaux de signalisation ad hoc! ;o)

Alors qu'on arrête de me dire que les galanthophiles sont fous!
Ils sont prévoyants, c'est tout!
Allez, je vous laisse en compagnie d'un de mes préférés, toujours en fleurs le 14 Février : le panneau...
"Attention, petits cœurs! Risque de bisous!"  ;o))

dimanche 18 février 2018

Des bécasses, des perce-neige et du café en poudre...(Galanthus "George C.")

Galanthus plicatus...de semis
Voulez-vous que je vous raconte une jolie histoire de perce-neige?
Sans parler de botanique. Du tout, promis!
Juste une jolie histoire d'amitié entre jardiniers....
Myddleton House
Cette histoire a commencé il y a 6 ou 7 ans, je dirais.
C'est-à-dire, l'année où nos avons formé, deux amies et moi, le Club-des-3-Bécasses-de-Janvier.
Cette noble assemblée, qui se dissout comme neige au soleil chaque printemps, se reforme illico chaque début janvier, dès que paraissent... les catalogues de perce-neige!
Ça jacasse ferme, chez les bécasses croulantes. Non,non, pas question d'âge canonique, rassurez-vous (d'ailleurs, je n'ai as mis d'accent circonflexe sur le "ou"..ah!).
Les bécasses, ça ne cause pas, ça "croule"! Eh oui! ;o)) Beaucoup. D'où l'appellation du club, évidemment.
quelques stands
Une fois notre "short-list" d'envies enfin établie (ça prend facilement 2 ou 3 semaines), ne reste plus qu'à commander nos futurs nouveaux trésors...
Et depuis 4 ans maintenant, nous les commandons presque exclusivement en Grande Bretagne, chez un couple de passionnés-pépiniéristes-sans-l'être, Anita et AndrewThorpe.
Et à force d'échanges par dessus la Manche, de papotages par téléphone pour glaner des renseignements, de gentillesse et d'humour britannique en retour, un lien s'est tissé...
Ultimate Snowdrop Sale, Myddleton House Gardens
Or, cette année, nous avions décidé, l'une de mes co-bécasses et moi, d'aller passer une journée juste au nord de Londres, pour assister à une de ces foires aux plantes typiquement british, entièrement consacrées aux perce-neige. Il y en a des dizaines à travers tout le pays, parait-il.
Mais celle-là avait le mérite d'être accessible à une razzia-éclair: départ le matin, retour le soir.
Et en plus... Anita et Andrew seraient présents!
J'avoue que j'étais ravie à l'idée de les rencontrer enfin "in the green"... ou plutôt "in the flesh"! ;o))
J'en ai profité pour proposer à Andrew de faire un "échange".
Préparation au transport, sur les pelouses de Myddleton
Je me doutais qu'il serait probablement intéressé par un des perce-neige de mon jardin, encore peu répandu!
Et bien sûr, l'ami Andrew mordit à l'hameçon..à pleine dents!!!
Je vous passe les échanges de mails pour savoir ce qu'il m'offrirait en échange! Je lui ai laissé le choix...
transport aérien....
"Mais je veux pas que tu croies que j'abuse!"
"Mais non, je n'en ferai rien"!
"Ça me fait plaisir!"
"C'est beaucoup trop!"
"Si, si si, j'insiste!"
 etc, etc... ;o))
Un Gentil, je vous dis!
Finalement, je jetai l'éponge, et le laissai se débrouiller et amener ce qu'il voudrait!
Restait un dernier détail...
"Andrew... comment te reconnaîtrai-je, une fois sur place?"
'George C.', bien ouvert!
La réponse fusa par retour de mail:
" Facile: on est deux derrière le stand... Celui qui ressemble à George Clooney, c'est moi. L'autre, c'est Anita"! ;o))
Le grand jour arriva enfin... et dès l'ouverture de la vente, je filai vers le stand d'Andrew, mon joli perce-neige (en fleurs) dans la main, avec un grand sourire...
"Hello George!"
'Diggory'
Il a immédiatement compris à qui il avait affaire, bien sûr! Et l'éclat de rire fut largement partagé! Nous voilà tous les quatre hilares sur le stand!
Il faut quand même que je vous retire vos illusions, les filles: en fait de George Clooney, j'ai trouvé qu'Andrew ressemblait plutôt à l'ours Paddington ... version Grand-papa Ours! ;o))
Mais ne le lui dites pas, surtout! Ça lui fendrait le cœur!
Et quand, plus tard, à la fin de la vente, nous sommes allées le retrouver, il a sorti du coffre de sa voiture un gros sac... plein de perce-neige!!!
Il m'a scandaleusement gâtée, je dois le dire.
Et surtout, sortant du sac, que vois-je... 6 ou 7 clochettes énormes, parfaites, gaufrées, en forme de poire "Doyenné du Comice", voyez?.... Le nom qui me vient à l'esprit immédiatement, c'est "Diggory"!
'George C.' dans le métro... kilucru?
Mais un "Diggory" survitaminé! Une fois et demi plus haut, une fois et demi plus gros. Et pas le même dessin sur les internes: celui-la porte deux taches vertes, quand 'Diggory' n'en a qu'une.
Effectivement, me dit Andrew, c'est un semis de 'Diggory'.
Mais, selon lui, pas assez différent de son papa pour mériter d'être nommé et commercialisé. (j'en connais qui ne se seraient pas gênés, pourtant..).
"Je te le donne!" me dit-il!!!
Inutile de vous dire si j'étais ravie! J'adore 'Diggory', l'un de mes préférés de chez préférés!
"Je sais! Je vais l'appeler Andrew Thorpe!" lui dis-je...
"Ah non, désolé: il y en a déjà un qui s'appelle comme ça!"
Et là, c'est sorti tout seul...
"Oh, encore mieux! Je sais! Je vais l'appeler 'George C.!"
On en a pris mal au ventre, de rigolade, tous les quatre!
Et le nom lui est resté.
Bien sûr, ce n'est qu'entre nous! Vous vous en doutez, Galanthus plicatus 'George C.' (prononcer "djôôôrdj ciiii!") n'apparaîtra jamais sur ebay ou dans les listes de perce-neige officielles!
Mais Andrew et Anita sont déjà venus aux nouvelles de la santé de "notre" 'George C.'. Je les ai rassurés, bien sûr, ce cher George a parfaitement supporté le voyage.


Quoique.
Faut que je vous avoue mon crime...
Je lui ai coupé a tête dès son arrivée, à George.
mais c'est pour son bien!
What else? ;o))
'George C'. à gauche, 'Diggory' à droite

mardi 23 janvier 2018

With a little help from her friend...(Galanthus 'Wasp')

Onze mois et une semaine.
C'est le temps qu'il faut à une jolie petite guêpe pour naître et déployer ses ailes...blanches.
Comme temps de gestation, c'est moins qu'un éléphant, vous me direz, mais vu sa taille, on aurait pu espérer mieux.
Et en plus, pas de bol, parfois l'accouchement s'avère difficile.
Ahhh....le cri du perce-neige (femelle), le soir au fond des bois jardins....
C'est donc l'histoire d'une petite guêpe, toute fine, toute menue, mais pas assez encore pour que le long et douloureux voyage de la naissance se passe sans problème.
Il lui a fallu déjà deux bonnes semaines pour faire émerger puis grandir son joli coco de soie vert amande...
Toujours plus haut, bien droit, dans le prolongement de sa tige.
Sa petite sœur, là, juste à côté, n'a pas tardé à effectuer une somptueuse culbute: la chrysalide blanche s'est soudain dégagée du cocon vert , et dans un magnifique demi-salto avant, digne d'un plongeur de haut vol, elle a piqué de la tête vers le bas, prête à s'ouvrir, ses 3 longues ailes sagement repliées le long du corps.
Le temps de les réchauffer au pâle soleil hivernal avant de les déployer.
le vendredi....
Puis,vendredi dernier, ce fut son tour.
Mais  aïe... on dirait qu'il y a eu comme un petit  problème! Elle eut beau tirer, pousser, s'enfler, rien à faire... Impossible de se retourner!
Deux de ses ailes restaient coincées, là-haut, collées au chapeau vert qui devait leur faire une gracieuse ombrelle!
Ah ouiche! Finie la gracieuseté!
On ne peut pas dire que la position soit académique, et encore moins esthétique!
Pire: à force de tirer, voilà l'aile libre qui commence à s'ouvrir sans attendre!
Ne tire pas!!!!! Il n'y a pas la place!!! Ce n'est pas encore l'heure!!!
Pas moyen de lui faire entendre raison.
Me voilà bien, tiens.
Je ne connais pas de véto pour perce-neige, moi!

Je me sentais aussi empotée que certains papas au moment de la naissance de leurs rejetons... (certaines jardinières sauront certainement ce que je veux dire... ;o))...)
Laisser faire la nature? Intervenir au risque de tout casser?
Je décidai d'attendre encore...
Le lendemain, samedi, j'allai régulièrement vérifier l'évolution de la situation....
Oh que ce fut difficile...
La journée du samedi...
Je la sentais presque tirer de toutes ses petites forces...à hue et à dia...
Enfin, en début d'après-midi, les extrémités des deux ailes se dégagèrent.
Le dimanche matin, avant l'intervention
Mais du coup, la troisième restait coincée entre ses deux sœurs encore raides!
Ce n'était pas encore ça, loin s'en fallait!
Et la culbute n'était encore qu'amorcée!
J'allai me coucher, inquiète, me demandant s'il ne faudrait pas en arriver à amputer, le lendemain!
La situation était grave,avouez-le!
Arrive le dimanche matin. Dès que la lumière le permet, je me précipite, parapluie en mains, sous une pluie battante.
Le dimanche, après intervention
Ouf. La culbute est achevée...
Enfin!!!
Il est né le galanth enfant! ;o)
Sauf qu'il n'est pas en grande forme, le petit baigneur...(vu le temps!). Il a encore une aile repliée... un pauvre avorton qui risque de rester paralysé, une aile en écharpe, pendant sa courte vie!
Zeph,  il faut agir. Que tu le veuilles ou pas, te voilà promue pédiâtre pour guêpe!
Alors, aussi délicatement que possible, avec mes grosses pattes pleines de doigts, j'ai essayé de déplier, entre le pouce et l'index, la pauvre aile froissée...Sans la déchirer,sans la blesser...
J'en tremblais, et ce n'était pas à cause du froid, je vous assure!
En plus la table d'opération était bien basse... de plus en plus basse chaque année, j'ai l'impression! Et ça n'arrange pas! ;o))
Le résultat n'est certes pas parfait.. Il va falloir attendre un peu et  lui laisser le temps de la convalescence.
Mais avec un peu de soleil  et une petite aide de sa jardinière attitrée, j'espère que ma petite guêpe pourra enfin déployer complètement ses trois ailes, et vrombir de plaisir comme ses sœurs!
J'ai décidé de la baptiser Harry, tiens.
Ne cherchez pas: aucun rapport avec mon histoire. Mais c'est princier, c'est tendance, c'est fun...
La "Guêpe Harry", ça sonne bien, non? ;o))
Galanthus 'Wasp': une petite guêpe en plein vol...

jeudi 11 janvier 2018

La famille 'Trym', vous connaissez ? (Galanthus plicatus 'Trym')

'Trumps', 'fils de Trym'
Comment? Vous ne connaissez pas la famille Trym?
De la tribu des Perce-Neige?
'Trym' (photo ebay)
Oh, mais qu'à cela ne tienne, venez que je vous la présente!
D'abord, le patriarche, le vénérable 'Trym' lui-même.
Il apparut un jour dans le jardin d'une dame de Westbury-on-Trym, vers 1987. C'est donc un ancêtre, vous en conviendrez, ou quasiment! En tous cas dans le monde des perce-neige!
A l'époque cette apparition fit l'effet d'une bombe parmi les galanthophiles. Pourquoi?
On pourrait croire que c'est juste un perce-neige qui a une tache sur les pétales externes! 
Eh  bien non, c'est plus compliqué que ça.
Il faut que je vous parle tricot pour vous expliquer.
Pour nous faire 'Trym'le Grand Tricoteur de Perce-Neige nous a fait un point fantaisie': au lieu de nous tricoter 
- 3 grands tépales externes (blancs) 
- et trois petits tépales internes (avec un petit coeur vert), 
il nous a fait
- deux tépales dans un même tépale interne, 
-et un jeté avec le tépale externe.
Trois fois.
Vous me suivez?
'Trym' (photo Monksilver snowdrops)
Il a du mérite, d'ailleurs! Tricoter l'ADN d'un perce-neige sans se mélanger les pinceaux, ça ne doit pas être commode! Je me demande quel numéro d'aiguilles il a utilisé....
Du coup, 'Trym' a :
- 3 pétales internes "normaux", avec une petite encoche au milieu et un joli petit coeur vert en bas, comme tout le monde....
- et 3 autres tépales "internes" à l'extérieur, de la longueur des externes classiques, mais ornés, comme les internes, de superbes petits cœurs verts en bas et d'une coquine petite encoche au milieu !

Avouez que du coup, même vu de haut et de loin, on peut difficilement le confondre avec un perce-neige classique!!!! (petit clin d’œil malicieux en direction d'une jeune amie qui met tous les perce-neige dans le même panier, et les prend pour des raisins trop verts et bons pour des goujates...sauf les précoces, éventuellement ;o))).....)
En plus, quand il s'ouvre, il garde une forme triangulaire avec les tépales externes un peu concaves, comme une pagode... Pour un peu, on le prendrait presque pour un Erythronium, tiens!
Et le patriarche en question, c'était un fameux coureur de jupons (ou de pagodes), c'est moi qui vous le dis!
On ne compte plus ses rejetons!
'Trumps'
Parmi les "légitimes" (qui sont aussi des G. plicatus) on trouve, entre autres (je ne les connais pas tous!)
- 'Trimmer',
- 'Trymlet' ,
- 'The Wizard', 
- 'Corrin
- 'Trymming', 
- ou 'Trymposter', etc...

Quant aux "illégitimes", il y a quelques personnalités parmi eux!
- le célèbre 'Trumps' (hybride inconnu, à ne pas prendre pour un américain ...le pauvre, avoir un nom pareil...), le plus précoce de la famille (Ah! j'en connais une qui va être intéressée...;o)..)
'Trymming'
- 'Trumpolute' (hybride elwesii x plicatus),
- 'Trymbaby' (hybride plicatus x nivalis poculiformis), 
- 'Phil Cornish' (probable hybride, mère inconnue), 
- 'Philippe André Meyer' (probable hybride, mère inconnue) avec 2 taches sur les externes, 
- 'Tilly' (gracilis x plicatus 'Trym') ,
- 'Turncoat' (hybride inconnu), 
- 'Emma thick' (hybride inconnu) 
- 'Veronica cross' (gracilis x plicatus) 2 taches sur les externes aussi,
- 'Tryzm' (hybride probable entre rizehensis , d'où le "z"et plicatus),  
- et enfin le beau 'South Hayes' (hybride inconnu), magnifique, en forme de pagode, avec deux taches presque toujours continues de haut en bas sur les externes...Hmmm... (je viens de me le commander!)

Ils ont tous un air de famille indéniable avec leur géniteur!
le beau 'South Hayes' (photo carolyn's shade gardens)
Les différences sont subtiles: un peu plus haut, des taches un peu différentes (et encore!), floraison un peu plus tardive et autres prétextes pour donner un nom différent (et empocher les pépettes pour leur rareté! ;o))...)

Si vous voulez mon humble avis (et même si vous ne le voulez pas, en fait! ;o))...), il n'y a  pas grand intérêt à collectionner toute la tribu! 
Sauf pour 'South Hayes', vous l'aurez compris, qui mérite son petit coin de terre pour lui tout seul!
(Ben oui, j'ai mes chouchous... ;o))...)
Mais bon, si je vous ai signalé les clones les plus courants, c'est pour le cas où vous croiseriez le chemin de l'un d'entre eux, et à un prix raisonnable, sait-on jamais! ;o)
On peut toujours rêver! Et si ce n'est pas en ce moment qu'on rêve de perce-neige, ce sera quand, alors? ;o))
Une bien jolie famille,en tous cas... non?
'Trumps'